AccueilQui sommes-nous?Nos établissements et servicesOffres d'emploisEspace adhérents

Qui sommes-nous?

ACESM

Siège de l’ACESM
2 rue Sainte Anne
BP 22876
41028 BLOIS CEDEX

Lien Google maps

Tél : 02 54 78 00 24
Email siege@acesm.fr

Président : M FEAT Jean-Yves
Directrice Générale : Geneviève CETAIRE

Objet de l’association :

L'Association des Centres Educatifs et de Sauvegarde des Mineurs et Jeunes Majeurs est une association à but non lucratif (type loi 1901). Elle a été actualisée avec la loi du 2 janvier 2002 et celles sur la Protection de l ‘Enfance en 2007 et 2016. Elle a pour but d'apporter protection et aide matérielle, psychologique et éducative aux jeunes (mineurs et jeunes majeurs) du Loir-et-Cher, en grave difficulté d'insertion familiale et sociale.

Elle gère des services habilités par l’autorité publique (Etat et/ou Conseil Départemental) pour assurer des mesures :

  • D’hébergement : en famille d'accueil (Placement Familial Spécialisé), en établissement (Foyers et logements semi autonomes) ordonnées par les Juges pour Enfants et le Président du Conseil Départemental (Aide Sociale à l’Enfance) ;
  • D’Action Educative en Milieu Ouvert, et d’Action Educative Renforcée ordonnées par les Juges pour Enfants et depuis 2007 d’Aide Educative à Domicile et Renforcée par décision des services de l’Aide Sociale à l’Enfance, pour des jeunes maintenus dans leur milieu naturel ;
  • De Prévention Spécialisée au service des populations jeunes et des familles de quartiers en difficultés sociales ;
  • De Médiation Familiale pour des adultes en instance de séparation ou de divorce ;
  • De rencontre parents - enfant quand ce dernier est confié à la garde de l’autre parent.

Les valeurs de l’association :

L ’A.C.E.S.M. créée en 1981, est une Association dont les membres s’engagent à mettre en œuvre et à promouvoir des activités sociales, éducatives, pédagogiques et de soutien psychologique au service des personnes en difficulté et de leur famille.


Guidés par des principes humanistes, d’hospitalité et d’accueil, les membres de l’Association et les salariés donnent priorité à la personne. Ils l’aident à développer ses potentialités et préparer son avenir, à acquérir sens critique, libre arbitre et civisme pour qu’elle puisse s’insérer de façon responsable dans la vie sociale.
Animés par des principes démocratiques et de laïcité, les membres de l’Association se doivent d’être à l’écoute des usagers et des personnels.


Ces principes trouvent écho dans les instances de fonctionnement de l’Association et des établissements et services qui dépendent d’elle et toute autre instance à laquelle sont appelés à participer ses membres bénévoles et salariés.

Rapport moral du Président

Assemblée générale ACESM du 22 juin 2018

En ouverture de ce rapport moral, je voudrais sans tomber dans un plaidoyer pro domo, adresser tout d’abord ma reconnaissance aux Directrices et Directeur ainsi qu’à leurs cadres respectifs pour la compétence dont ils font preuve dans la guidance des établissements et services qu’ils ont en charge, au Directeur Général pour cet exercice difficile qu’exige la mission de gouvernance et par suite celle du maintien de la cohésion nécessaire à l’équilibre et donc à la solidité de cet ensemble que constitue l’ACESM, aux salariés pour la conscience professionnelle avec laquelle ils mettent leur compétence au service de la professionnalité, c’est-à-dire au service de la recherche du sens de leur travail dans l’exécution des missions qui leur sont confiées, adresser ensuite mes remerciements aux administrateurs bénévoles et plus particulièrement aux membres du bureau pour leur constance, depuis de nombreuses années pour certains, dans leur engagement à partir de convictions éthiques et sociales dont la pierre angulaire est l’humanisme et la solidarité et saluer plus particulièrement le travail effectué dans le cadre de la commission des ressources humaines et de celle du patrimoine et des finances, enfin je me félicite de l’esprit avec lequel les élus de la délégation unique du personnel et du comité d’entreprise, de leur place de représentation des salariés, exercent leurs attributions économiques et sociales,  en participant par leurs questionnements sur le fonctionnement des établissements et services et les débats que cela suscite en retour, à des échanges animés d’un esprit de compréhension.

 

Pas de plaidoyer pro domo donc, l’auto satisfaction ou la justification ne pouvant en effet avoir valeur de démonstration, mais l’affirmation à partir des changements initiés par le Département en fonction des besoins définis dans le cadre de sa politique enfance famille, l’affirmation d’une volonté  d’articuler la place de l’Associatif en tant que corps intermédiaire avec les partenaires de l’action sociale et médico-sociale.

En effet reconnaitre l’Associatif comme corps intermédiaire du processus démocratique ouvre, en tous  cas peut ouvrir, un espace à la médiation avec le pouvoir politique, un espace à l’échange avec les fonctionnaires chargés de missions, eux aussi en position d’intermédiaires, de relayeurs, espace où s’origine l’importance et la qualité d’un dialogue et donc d’un partenariat qui justement permet de maintenir la réflexion autour des questions sociales et donc de société au niveau et bon endroit où elles doivent être posées et traitées dans un système démocratique.

En mettant en œuvre, les missions diligentées par l’Etat et les Collectivités territoriales, l’Associatif connote forcément les politiques sociales par le sens sociétal qu’il leur donne et qui à partir de cette coloration, de cette imprégnation, dépasse de fait la simple exécution.

Aussi puis-je témoigner, qu’après une période difficile liée à la mise en place impérative d’une nouvelle gouvernance organisationnelle de l’ACESM, je précise sans licenciements, résultante d’un arbitrage politique guidé par les contraintes budgétaires, nous sommes aujourd’hui dans une dynamique d’échanges et  de renforcement réciproques, de collaboration, de co- élaboration serait plus justement observé.

En effet, si des divergences liées aux restrictions générées par les contraintes budgétaires et les décisions unilatérales qui en ont découlé ces quatre dernières années (disparition de l’équipe de prévention de Romorantin, fermeture  du foyer de Loyre, baisse de 175000€ sur le budget global de la prévention spécialisée en 2018) ont laissé des cicatrices douloureuses au regard de l’histoire de l’association, des convergences d’accompagnement professionnel demeurent cependant et, ce qui me paraît essentiel, la volonté de part et d’autre de concourir à leur émergence et leur développement atteste de l’indispensable nécessité du dialogue et donc de la réflexion partagée.

C’est bien dans cette ouverture au dialogue, à l’échange voire à une confrontation constructive et féconde des idées, dans cet espace-temps, avec cette intensité volontairement respectée d’élaboration autour des normes et des conduites que nous pouvons sans doute, du moins peut-être, participer à l’évolution des représentations d’un vivre ensemble social comme l’article D142-1-1 du code de l’action sociale et de la famille le définit :

« Dans un but d’émancipation, d’accès à l’autonomie, de protection et de participation des personnes, le travail social contribue à promouvoir, par des approches individuelles et collectives, le changement social, le développement social et la cohésion de la société »

Que je sache, l’ACESM dans ses exécutions, ses opérationnalités, ses prestations même spécifiques et singulières, apporte sa pierre à l’édifice ainsi défini.

En parlant d’édifice, le mot architecture me vient à l’esprit et je voudrais souligner que notre nouvelle organisation intra-associative, née de ces décisions précédemment citées d’une part mais également suivie de l’ouverture, selon la volonté du Département, de nouveaux services d’autre part : service d’accompagnement de mineurs étrangers isolés et non accompagnés, service d’action éducative et d’aide éducative à domicile renforcées, coordination d’aménagement des parcours(CAP 41), mission diagnostic confiée à la prévention spécialisée auprès des gens du voyage, ouverture  de deux lieux de vie et d’accueil ( LVA) dont un fermé depuis, cette nouvelle organisation avec les redéploiements du personnel et les déménagements et travaux qui ont  suivi, en est aujourd’hui à plus d’un an d’existence et d’expérimentation.

Ce changement profond, cette adaptation, cette mutation, cette évolution aujourd’hui consentie car passée au tamis du recul, de la réflexion et de la mise en œuvre, laisse encore et malgré tout entrevoir de la créativité face au dictat de la contrainte économique génératrice de pression et de compression de moyens.

Espace de créativité à préserver, espace de mobilité à maintenir entre deux polarités puissantes : celle d’une opérationnalité efficace liée aux dispositifs idéologiques d’un système privilégiant souvent la politique du pragmatisme et de l’économie de moyens d’une part, l’autre se devant d’être toujours reliée à la notion d’une élaboration spécifique et singulière quant au sens des accompagnements à mettre en place à partir des missions ordonnées d’autre part.

 

En effet, autrement plus riche que le clivage et la posture souvent sources d’immobilisme et de blocage, c’est bien l’art de l’entre deux et de la difficile mais constante recherche de ce point d’équilibre devenant point d’appui qu’il nous faut continuer de cultiver sans évidemment perdre notre âme.

Jean-Yves FEAT     Président de l’ACESM